Apprenez pourquoi je préfère devoir payer de l’impôt plutôt que recevoir un retour d’$$$$$?

double your cash

“L’impôt est doit être la mesure de la richesse.” – Emile de Girardin


La fin de la saison des impôts approche et plusieurs sont extrêmement heureux lorsqu’ils reçoivent un gros chèque $$$. Rappelons brièvement pourquoi nous devons remplir une déclaration annuellement au Canada.

Notre régime fiscal repose sur le principe d’autocotisation. Vous devez donc produire une déclaration annuellement afin de déclarer l’ensemble de vos revenus et calculer l’impôt que vous devez (si vous en n’avez pas payé assez au cours de l’année) ou votre remboursement (si vous en avez trop payé).

Si vous êtes résidents du Canada, non seulement vous devez déclarer vos revenus canadiens mais l’ensemble de vos revenus mondiaux. Au Canada, l’impôt sur le revenu est prélevé sur le revenu imposable mondial de toute personne ayant résidé au Canada à un moment quelconque de l’année. Aux fins de l’impôt provincial, les contribuables déclarent leurs revenus et paient leurs impôts dans la province où ils résident le 31 décembre. [1]

En résumé, des impôts sont retenus sur vos salaires en cours d’année et vous devez fermer votre année le 31 décembre et vérifier si les montants ont été suffisants ou non en cours d’année.

Voici pourquoi je préfère en payer en fin d’année!

Si je dois en payer, j’ai pu profiter de l’argent du gouvernement pendant toute l’année, et oui, gratuitement. Si vous recevez un retour, c’est que vous en avez trop payé et que vous avez fait un prêt, sans intérêt, au gouvernement pendant la période.


Tout le monde aime les cadeaux, mais rare sont ceux qui prennent le soin de valider et optimiser leur situation fiscale. C’est comme si cet argent n’existait pas puisqu’ils ne la voient pas. Une grande partie de mon emploi consiste à optimiser la situation fiscale et financière de mes clients. À chaque année, plusieurs personnes oublient certains crédits ou déductions lors de la production de leur déclaration d’impôt. Les plus importants, selon moi, sont les honoraires de gestion, frais d’intérêts ou les frais médicaux qui ne sont souvent pas optimisés.

Par exemple, si vous voyagez au moins 40 km à partir de votre domicile pour obtenir des soins médicaux qui ne sont pas offerts dans votre région, vous pourriez demander certains remboursements (frais de transport), et plus, (hébergement, repas & stationnement) si vous êtes à au moins 80 km. Informez-vous à votre planificateur financier, comptable ou fiscaliste.


Maintenant, que devriez-vous faire avec votre retour d’impôt; investir dans mon REER, CELI, REEE, rembourser mon hypothèque, investir dans l’immobilier, etc?

Je vous retourne à un article que j’ai publié l’an dernier qui explique que vous devriez toujours vérifier celui qui vous donne le meilleur rendement. Dans la vraie vie, la plupart des gens risque de dépenser leur retour de façon irrationnelle comme si cet argent était tombé du ciel et qu’elle ne leur appartenait pas.

Stephanie Bank du The Globe And Mail a récemment publié un article sur ce sujet. Nous vous invitons à le lire. Sommairement, les canadiens seront tentés, avec un retour d’impôt, de faire un voyage ou un achat majeur. La plupart voit le retour d’impôt comme un cadeau du gouvernement. En réalité, c’est votre propre argent, durement gagné, que le gouvernement vous retourne gentiment, et ce sans intérêt.

 

Le cerveau réagit de façon irrationnelle et l’économiste, récipiendaire d’un prix Nobel, monsieur Daniel Kahneman, a écrit plusieurs études sur le sujet depuis le début des années 80. Pendant ma carrière, j’ai pu le constater à quelques reprises. J’avais une discussion avec une personne au cours de l’année et je lui ai appris, suite à une transaction immobilière, qu’elle avait fait une erreur et qu’elle aurait pu économiser plus de 3 000 $ en structurant la transaction correctement.

Elle m’a répondu que ce n’était pas plus grave que ça et qu’elle m’appellerait la prochaine fois avant de finaliser une transaction. Malgré l’importance du montant, elle ne semblait pas y porter une grande attention. Avant son départ, je lui mentionne que je lui chargeais 3 000 $ pour notre discussion…………, vous comprendrez qu’elle n’a jamais voulu me le payer!!! Je voulais seulement la saisir en lui faisant réaliser que c’est le même argent et que celui-ci n’a pas la même valeur psychologique tant que nous ne l’avons pas dans nos mains.

 

C’est le même principe avec la valeur de votre portefeuille de placements. Après des années de forts rendements, les investisseurs s’habituent à la valeur marchande de leurs portefeuilles. Quand un compte de 100 000 $ est rendu à 200 000 $ après 5 ans, plusieurs n’apprécient pas le voir descendre près de 195 000 $ malgré les rendements obtenus au cours des années précédentes. La prochaine fois que vous aurez un montant à payer lors de votre déclaration d’impôt; soyez reconnaissant envers le gouvernement, qui vous a prêté cet argent, sans intérêt, pendant toute l’année. Tout est une question de perspective!

 

[1] http://www.planiguide.ca/planiguide/module-1/systeme-fiscal/


Vous aimez notre site?

N’oubliez pas de vous y abonner (en haut à droite ou au bas) afin de recevoir notre article hebdomadaire.


Vous avez des questions? Contactez l’un de nos experts.


Cliquez ici afin d’obtenir des détails sur le livre et de judicieux conseils en planification financière.

CarteRectoBANNER Full ad


Veuillez prendre connaissance de notre déni de responsabilité quant à nos articles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s