Décisions d’investissement en entreprise – Prise 2

money-trading-1-1444155

Vous n’avez pas raison parce que d’autres sont d’accord avec vous. Vous avez raison parce que vos faits sont exacts et que raisonnement est juste. – Warren Buffet 


Le coût moyen pondéré du capital
Dans un article précédent (Décisions d’investissement en entreprise), il a été question du Coût Moyen Pondéré du Capital (CMPC) dans le calcul de la Valeur Actuelle Nette (VAN).

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un taux pondéré. On parle d’une pondération entre le capital-actions (fonds propres) et l’endettement. Chacune de ses sources de financement ont un coût qui leur est propre.

Prenons un exemple, question de revenir sur le plancher des vaches.

L’entreprise a un projet d’investissement de 100,000$ qu’elle finance dans une proportion de 25% à même son fonds de roulement et vous allez voir votre banquier pour qu’il finance la portion de 75% restante. L’entreprise utilise donc ses 25 000 $ de ses capitaux dans le projet. L’actionnaire veut certainement connaître le rendement que l’utilisation de ses fonds lui procurera.

Lire la suite

Publicités

Décisions d’investissement en entreprise

money-trading-1-1444155

Le risque provient de ne pas savoir ce que l’on fait. – Warren Buffet 


Pour les PME, la décision d’investir ou non dans un projet peut dépendre de plusieurs facteurs, comme le besoin de rester compétitif par rapport à la concurrence, compenser un manque de main d’œuvre, conquérir de nouveaux marchés, augmenter sa capacité de production, etc.

Dans tous les cas, la raison qui pousse à investir est valable, pour autant que le projet ait du sens d’un point de vue financier. Le projet d’investissement dont nous parlons ici ne se limite pas à l’achat d’un immeuble ou d’équipements. Il peut aussi s’agir de l’obtention d’un brevet, d’un plan de commercialisation, de l’achat d’une entreprise concurrente ou autre.

Lire la suite

L’affacturage

money

«Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain.» – Helmut Schmidt


Dans les produits de financement à court terme des entreprises, il en est un qui reste mal-aimé en Amérique du Nord : l’affacturage.

Trop longtemps, ce produit a eu mauvaise presse, parce qu’il était utilisé par les entreprises en très mauvaise situation financière, au point de ne pouvoir obtenir une marge de crédit conventionnelle dans une institution financière. Aujourd’hui, cette vision est archaïque.

Voyons pourquoi….. Lire la suite

La relation client – Coaching 101!

sign-1238534

«Le billet d’un dollar que le client reçoit des guichetiers dans quatre banques différentes est le même. Ce qui est différent, c’est les guichetiers» – Marcus Stanley


Une expérience récente en tant que client d’une entreprise de services financiers (que je ne nommerai pas, mais je peux dire qu’il s’agit d’une compagnie d’assurance de dommages) m’a inspiré pour écrire ces lignes. Pas besoin de vous dire que si je décide d’en parler, c’est que l’expérience a été plutôt négative.

Un client insatisfait en parle au moins à 10 personnes, dit-on.

Avec le nombre de lecteurs sur ce blogue, on fera mentir les statistiques!

Après avoir décrit ma situation et exprimé mes besoins, la personne qui me servait m’a informé que la compagnie ne pouvait pas m’assurer, sans plus d’explication. Je fus un peu surpris de la réponse, étant donné mon cas somme toute assez simple. J’ai donc cherché à obtenir une explication logique au refus. C’est là que ça se gâte. La personne semble avoir beaucoup de mal à me donner une réponse claire. D’autant plus que, lorsque je soumets des solutions alternatives, on m’indique dans l’immédiat que la réponse est toujours non. Et là je suis agacé.

Je suis agacé parce que je comprends que la personne avec qui je discute n’a aucun pouvoir de décision. Elle me transmet tout simplement un message venant d’une autre personne, mais je comprends et accepte la situation. Par contre, je deviens encore plus agacé lorsque, devant mon insistance, la personne me répond que la compagnie (que je ne nommerai toujours pas!) se garde le privilège de faire affaires avec les personnes qu’elle choisit… alors que je suis déjà client chez elle! À ce point, j’aurais pu utiliser mon miroir et lui dire qu’en tant que consommateur, j’ai également le privilège de choisir à quelle compagnie je donne mon argent en échange de services. Je déciderai de jouer de finesse et d’écarter cette option. Lire la suite

Comment évaluer la valeur d’un immeuble locatif

buildings-1561962

« Les propriétaires deviennent riche pendant leur sommeil. »  John Stuart Mill


Les taux d’intérêts sont au plancher, les émissions de rénovation à Canal-Vie ont réveillé votre âme de bricoleur et vous venez d’hériter d’un petit magot suite au décès d’une très vieille grand-tante dont elle était la dernière personne sur terre à porter son prénom. Bref, les astres sont alignés pour que vous vous lanciez dans l’immobilier locatif. « En immobilier, c’est à l’achat qu’on s’enrichit. » Vous avez certainement déjà entendu cela d’un propriétaire d’immeuble et il a en grande partie raison. Regardons comment bien évaluer la valeur de la perle que vous vous apprêtez à acquérir. Lire la suite

Les deux principaux risques liés au commerce international

hong-kong-1205268

L’histoire du commerce est celle de la communication des peuples. – Montesquieu


Les deux principaux risques (il y en a d’autres, bien entendu) qui sont rencontrés dans un contexte d’exportation sont le risque de crédit et le risque de change. Différents produits existent afin d’atténuer ces risques. Le risque zéro n’existe pas, bien entendu. Plus on se protège, plus cela coûte cher. Tout est une question de la tolérance au risque de l’entrepreneur et de l’entreprise.

Le risque de crédit et l’assurance-crédit Lire la suite

Démystifier les ratios financiers

Bank ratios financiers


 Les créanciers ont meilleure mémoire que les débiteurs. -Benjamin Franklin


C’est le moment de remettre vos états financiers à votre banquier pour la révision annuelle de vos financements. Vous savez que votre banquier va, encore une fois, vous parler dans une langue qui se rapproche plus d’un dialecte africain que du français quand il vous parlera de vos ratios financiers. Avec cet article, vous serez en mesure de mieux comprendre ce dialecte.

Il faut savoir que les états financiers sont la matière première du banquier afin d’évaluer la rentabilité des opérations, la liquidité et la stabilité financière de votre entreprise. Le calcul des ratios est la façon de mesurer ces éléments. Le banquier en regarde plusieurs, mais nous nous attarderons aux trois ratios qui sont les plus couramment utilisés. Lire la suite